Faire un Erasmus

Faire un Erasmus

J’ai toujours détesté les dimanches. Mais celui-ci a un goût bien différent. Un goût de satisfaction. Un goût d’apaisement. Un goût de motivation même, pour les mois à venir.

Nous sommes le dimanche 30 janvier 2022 et je suis rentrée hier de mon Erasmus après 4 mois à Istanbul.

On m’a dit que l’Erasmus « changeait une vie ». Je n’en doutais pas, mais aujourd’hui j’en suis certaine.

À vrai dire, ce n’est pas ma vie en tant que telle qu’il a changé, c’est plutôt ma vision.

Aujourd’hui, j’ai la chance de pouvoir jouir d’une éducation que j’ai choisie, de pouvoir bénéficier de toutes les opportunités qui s’offrent à moi, en ne me souciant uniquement que de mon avenir, de mes rêves et de mes objectifs à atteindre. Et ça, ça n’a pas de prix.

Faire un Erasmus en Turquie en tant que belgo-turque, c’est comprendre plus en profondeur les raisons pour lesquels nos grands-parents (ou parents) ont pu quitter leur patrie. Mais c’est aussi (et surtout) comprendre pourquoi on y reste tant attachés. ❤️

Faire un Erasmus, c’est ouvrir son esprit. C’est côtoyer des personnes et des cultures très différentes, de très près. C’est apprendre que finalement la paix est une question de choix et qu’avec beaucoup d’humilité, de respect et de bienveillance, toutes les relations peuvent être embellies.

Faire un Erasmus, c’est se retrouver seul avec soi-même durant 4 mois. C’est s’obliger à sortir de sa zone de confort et se rappeler sans cesse « POURQUOI » on fait ce qu’on fait (même lors des petits coups de blues).

Une discipline qu’aucune école ne nous apprend, mais ô combien importante dans la vie !

Faire un Erasmus, c’est voyager. Découvrir de nouveaux endroits, rencontrer de nouvelles personnes, vivre de nouvelles expériences. C’est s’émerveiller devant des paysages, devant des couchers de soleil. C’est partager aussi ! Partager les mêmes galères, les mêmes fous rires mais surtout les mêmes souvenirs.

Faire un Erasmus, c’est apprendre la patience et la gratitude. Patienter pour retrouver ses proches. Patienter pour les enlacer. Patienter pour partager avec eux ces moments de vie vécus seul. Patienter pour arriver à atteindre tous ses objectifs car tout est mis en « pause » le temps de 4 mois.

Faire un Erasmus, c’est la richesse. Mais pas de celle qui se compte. Plutôt de celle qui se ressent. C’est l’aboutissement d’un rêve, d’un projet entrepris…

Et puis finalement, c’est ça la vie, non ? 

  • Rêver.
  • Tout mettre en place pour réaliser ses rêves. Et lorsqu’ils arrivent,…
  • Pouvoir les apprécier à leur juste valeur.

Dans mon article précédent il y a quatre mois, je vous souhaitais de réaliser tous vos rêves. Aujourd’hui je vous souhaite surtout de pouvoir les apprécier lorsqu’ils se réalisent, car finalement, c’est ça le secret d’une vie heureuse.

Des bisous,

Nilocan.

4 Commentaires
  • Sinosh :)
    Posté à 18:14h, 30 janvier Répondre

    Magnifique ! ♥️

  • Meryem Elif
    Posté à 22:41h, 30 janvier Répondre

    Ces mots doux et sincères qui viennent tout près du coeur 🤍 je vivais mon « syndrome du lundi » à l’avance mais en lisant ton article j’ai presque hâte d’y être pour pouvoir avancer et atteindre tous mes objectifs 🙏🏼 Merci Nilim d’avoir autant de bienveillance et de positivité en toi et surtout stay like this girl !

    • Nil Önaçan
      Posté à 10:17h, 31 janvier Répondre

      Ce commentaire !🥺 Merci du fond du coeur ma Meryem. C’est un plaisir de pouvoir avoir un impact positif aussi petit soit-il, on en a tous besoin à un moment donné. Merci d’être toi , just keep going ! ❤️

Post A Comment